SPM dysphorique

Hier je vous parlais du réflexe d'éjection dysphorique, cet intense malaise ressenti par certaines femmes et provoqué par la chute de dopamine durant l'éjection du lait maternel. Vous avez été nombreuses à découvrir ce trouble et à me questionner sur un autre aspect hormonal de la dysphorie : le spm dysphorique.

Le mot dysphorie est le contraire d'euphorie. Comme ça il paraît plutôt inoffensif et pourtant à chaque fois qu'il est utilisé pour caractériser un trouble c'est pour décrire un état psychologique particulièrement instable et délicat. Le SPM (syndrome prémenstruel) intervient pour les femmes ayant un cycle sans hormones de synthèse "juste" avant les règles. "Juste" car en vérité il existe des SPM de 10 jours ou plus et ils sont fréquents. Après l'ovulation, la progestérone s'installe dans le corps produite par l'hypophyse. Elle sert à épaissir l'endomètre pour accueillir le potentiel embryon. En l'absence d'embryon, la progestérone chute jusqu'à son niveau le plus bas qui entraînera les règles et la réaugmentation progressive de l'oestrogène pour induire une nouvelle ovulation. Le SPM se produit au moment où la progestérone est basse, l'oestrogène quasi absente.

L'état du SPM est plutôt connu des femmes (et des hommes en faisant de bonnes blagues pas drôles) : irritabilité, fatigue, agacement... Le SPM dysphorique comme pour le RED est caractérisé par des troubles plus importants qui seraient liés à une mauvaise synthetisation des hormones et/ou un désir biologique de fécondation inassouvi (n'ayant aucun rapport avec un désir/non désir conscient). Colère accrue, vie quotidienne insupportable, migraines tenaces, désespoir, libido au néant, idées noires ou suicidaires... Pour abaisser les symptômes, on conseille de maximiser la fabrication d'oestrogène sur les premières phases du cycle (sexe, amour, alimentation, sport, bien-être...), et de se cocooner en période de SPM tout en adaptant là encore son alimentation. En théorie beaucoup de bon sens qui est nettement moins facile à appliquer dans une vie quotidienne intense.

Si la slow life est le remède du SPM en général, il devrait donc être compris et intégré à la société.




Posts récents

Voir tout

© 2020 Tous droits réservés à Hélène Rock

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now