© 2020 Tous droits réservés à Hélène Rock

Le postnatal, les enjeux d'une période sous estimée

Dans mes accompagnements actuels les mamans m'ont parlé plusieurs fois de soutien à l'allaitement maternel et ont choisi une formule faisant sens avec ce désir de mettre leur futur enfant au sein. Il semble maintenant presque acquis autour de moi que la période des débuts d'allaitement est une période délicate qui demande du soutien, des informations, de l'écoute et une aide pratique pour se mettre en place dans les meilleures dispositions. Néanmoins je sens que la mesure de ce que veux dire la période postnatale est encore vague pour ces futures mères alors même que la focalisation médicale, médiatique et commerciale se cristallise autour de la grossesse et des objets dont aurait éventuellement besoin le bébé à naître (nous en avons longueument parlé ICI et ICI) mais très peu sur ces semaines délicates et fondatrices du devenir parent.


Les mamans qui ont déjà des enfants elles, sont formelles : l'accompagnement durant la grossesse oui, notamment en terme d'écoute, étant déjà bien rodées sur l'acte physiologique en lui même, mais c'est ensuite autour de l'accouchement et plus précisément de la période postnatale dans sa globalité (allaitement mais aussi toutes les composantes de la vie avec le tout petit) que leur demande se fait la plus forte.

Alors quels sont les enjeux de cette période postnatale ? En quoi la doula peut vous soutenir dans ce cap et comment le vivre le plus sereinement possible ?



Séjour à la maternité, bienvenue dans le monde de la parentalité


Pourquoi commencer à écrire cet article sur le postnatal par le séjour à la maternité ? Car ce moment est souvent fondateur et marque les touts débuts de la vie de parent avec un nouveau né. La maman et son bébé y restent officiellement 3 jours sans complication de naissance. Durant ces trois jours ils verront un pédiatre, une sage-femme, parfois un obstétricien. La contraception après bébé sera abordée, différents tests pédiatriques seront réalisés et si la maman a eu besoin de points de suture alors des soins lui seront prodigués. Régie par un certain nombre de règles allant de pair avec un fonctionnement efficace et bien rodé, la maternité peut donner à la femme un sentiment ambivalent entre sécurité et apprentissage et au contraire sentiment d'infantilisation voir d'enfermement. Pouvoir donner de la voix et du poids à ses choix de maternage dès les premières heures du bébé est très important pour que les parents puissent se positionner en tant que de tel dès le départ et ainsi gagner en confiance personnelle.

La maternité est un lieu rythmé par des horaires et le séjour à pour but une surveillance médicale après l'accouchement, une surveillance médicale de l'enfant et de concert un accompagnement au "métier de parent" par l'apprentissage des premiers gestes et des premiers soins sur le bébé.

> Ce séjour n'est donc pas obligatoire et pas forcément nécessaire. Si votre santé ou celle de votre bébé l'exige, il est normal et tout à fait souhaitable de rester en structure. Néanmoins si l'accouchement s'est bien passé et que votre bébé ne présente aucun soucis de santé particulier, il est de votre droit le plus strict de ne pas rester à la maternité plus que quelques heures, voir d'interrompre votre séjour à tout moment. La maternité n'est pas une prison. J'insiste sur ce point car de très nombreuses mères me disent "je ne savais pas que j'avais le droit de partir". N'oubliez pas qu'en cas de soins mineurs une sage-femme libérale peut vous faire un suivi à domicile (notamment en cas de soin des points de sutures éventuels), vous pourrez également aborder la contraception de suite à ce moment là et qu'une visite pédiatrique est prévue dans le premier mois de naissance de bébé. Si vous souhaitez rester ou que vous le devez car votre santé l'exige, il est également de votre droit d'avoir un regard sur tout ce qui s'y passe, en terme de soin, les vôtres et ceux de votre enfant, ainsi que de décider en tant qu'unique référent des gestes à effectuer sur votre bébé (encore une fois, santé mis à part, nous parlons là de gestes d'apprentissages du rôle de parent, bien qu'évidemment vous avez également un droit de regard sur les soins médicaux apporté à votre bébé).

> Cet apprentissage est inculqué aux parents selon ce que la maternité conçoit comme étant la norme et non pas ce que je le parent décide explicitement ou implicitement pour son enfant. Ainsi un bain sera proposé le lendemain de l'accouchement, des couches spécifiques, jetables, des pesées peuvent être imposées, voir des tétées à heures fixes dans certaines maternités (rétrogrades), il peut être "interdit" de dormir avec son bébé et l'on voit souvent des bébés de quelques jours restant une journée entière dans leur berceau de maternité et se réveillant ainsi toute la nuit par manque de lait et de contact. Le besoin fondamental du bébé exigerait pour l'allaitement et pour sa sécurité affective et physique un peau à peau constant avec la maman, de ne pas quitter son lit et ainsi de favoriser un lien étroit, accélérant la récupération de la maman et l’asseyant dans son rôle de mère tout en respectant le concept du continuum (nous expliquant que le bébé est un mammifère qui à autant besoin de sa mère durant la grossesse qu'après, même en cas de non allaitement !). Nous pourrons refaire un article complet sur le séjour à la maternité mais il est important en gros de garder à l'esprit tout comme un projet de naissance ce que l'on souhaite ou non pour soi et son bébé. Ainsi le séjour se fera en concordance avec vos souhaits et vos envies ce qui est un formidable moyen d'entrer en douceur et en confiance dans la période postnatale et dans le rôle de parents. > Et la doula à la maternité, elle fait quoi ? Votre doula peut vous rendre visite sur les horaires prévues aux visites des familles. Son écoute, sa bienveillance, sa confiance peut vous être très utiles après ces heures intenses que vous venez de passer d'autant que vous entrez dans des périodes délicates de la montée de lait et de la descente d'hormone de grossesse, appelée "baby blues". Elle peut vous soutenir émotionnellement, mais aussi vous aider d'un point de vue pratique. Bien que des infirmières et auxiliaires soient à vos côtés pour prodiguer des soins au bébé ou vous aider en cas de douche ou de bien-être personnel, peut être que vous en remettre à votre doula que vous connaissez bien vous semblera plus confortable ? A vous de faire le point avec vos envies du moment. La doula possède également toutes les connaissances requises pour vous transmettre des informations et outils afin de faire vos premiers pas avec bébé. Enfin, dans les maternités l'accompagnement à l'allaitement maternel est très variable, dépends du personnel en place et de la maternité en tant que telle. Le soutien à l'allaitement offert par la doula peut commencer dès les premières heures de vie de votre enfant.


Retour à la maison, l'aventure peut officiellement commencer


Souvent on peut entendre que la grande aventure de la naissance s'achève avec le retour à la maison. La grossesse est passée, l'accouchement, ce moment clé auquel vous avez pensé pendant des mois est derrière vous, les trois premiers jours en maternité sont terminés, la vie de parent est officiellement lancée. Mais les faits sont généralement tout autre notamment pour un premier bébé. J'ai un souvenir personnel d'être arrivée après le séjour de mon premier enfant devant ma porte d'entrée, le maxi cosy porté par le papa, debout dans le salon, ne sachant plus du tout ce que je devais faire du bébé ou de moi même. Et les témoignages allant dans ce sens abondent partout à l'oral ou sur internet. Après une grossesse entourée et sous surveillance, un accouchement souvent ultra médicalisé, un séjour à la maternité où votre chambre ressemblait à un hall de gare avec son lot d'aller et venues concernant tous des thématiques différentes autour du bébé, vous vous retrouvez soudain seuls avec votre enfant et souvent votre fatigue, comme "lâchés dans la nature".

La première des choses à faire serait d'écouter votre besoin. Envie de vous mettre en boule sous la couette collée à votre bébé ? Allez y ! > La période dans laquelle vous entrez est une période où le soin que vous apportez à vous même et à votre enfant sera déterminant dans votre moral et dans votre maternage. Ne cherchez pas à faire comme dans les livres mais concentrez vous sur vos envies et votre instinct. Il y a longtemps et dans certaines cultures, on parlait de "relevailles" (auxquelles j'ai consacré un article il y a quelques mois), une période clé durant environ 40 jours, correspondant au temps que met un allaitement pour être parfaitement lancé. Durant cette période la femme restait couchée avec son bébé et son entourage s'occupait du quotidien et des aînés. Cette tradition s'est perdue aujourd'hui et il m'arrive de voir des femmes avec des nouveaux nés de quelques jours, un caddie Leclerc rempli à ras-bord, seules, pour faire les courses de toute une fratrie après ces trois jours à la maternité où la maison à, dans mon imaginaire, été laissée un peu à l'abandon. Il est parfaitement injuste que la femme soit la commise d'office aux tâches, dans toutes situations. Mais c'est d'une importance capitale de préserver la dyade mère-enfant en post-partum en lui évitant le stress du quotidien et en lui permettant de récupérer de son accouchement. > Car physiquement un accouchement n'est pas un acte anodin. Qu'il se soit passé dans les conditions les plus physiologiques ou qu'il se soit soldé par une cascade d'interventions, la mère en ressort généralement fatiguée, avec un besoin de reconnecter avec sa féminité et ses besoins primaires, à commencer par se doucher, se laver les cheveux, prendre du temps pour elle. De plus l'utérus de la mère se remet doucement en place ce qui peut être douloureux, son intimité à pu être malmenée, ses muscles peuvent lui faire mal selon les efforts qu'elle a eu à fournir durant l'accouchement, sa montée de lait et les besoins croissants du bébé achevant d'obliger l'entourage à prendre un soin particulier de la jeune mère.

> Un bébé a besoin d'une attention exclusive et soutenue. Si il ne fait majoritairement que manger et dormir dans les premières semaines, besoins entrecoupés de moments de communication et d'éveil, ces périodes peuvent se révéler difficile en situation de stress. De nombreux parents font les récits de bébés pleurant tout le temps, tétant sans cesse, avec des aînés plus demandeurs qu'à l'accoutumée et des tâches qui s'accumulent. Le stress, le manque d'écoute, de soutien et le surmenage sont très souvent en lien étroit avec ces premières difficultés et les besoins semblant accrus du nouveau né. Créer un lien sacré avec le bébé, reprendre doucement une vie quotidienne, prendre ses marques, ne se fera qu'avec un accompagnement adéquat du postnatal.





Le rôle du père et de la doula en postnatal

L'entière place du conjoint (de la conjointe) est primordiale sur cette phase de l'existence du bébé (comme sur toutes les phases bien sûr). Souvent l'on peut entendre "une femme qui materne ne laissera pas assez de place à son conjoint". > Mais quelle est cette place ? Si nous revenons sur les besoins fondamentaux du nourrisson, à savoir la sécurité affective, l'amour, le besoin d'être nourri, tenu propre, d'être contenu, de communiquer, de l'odeur, le son et la vue de sa mère, il est indissociable de sa maman, le plus de temps possible. Le père n'en est pas moins complètement concerné par ce maternage. En réalisant un espace net, bien tenu et sécurisant il mettra en place les conditions idéales pour vivre ce maternage. En prenant des congés et en soutenant la maman dans l'ensemble des tâches quotidienne (idéalement en les réalisant à sa place) et en se rendant disponible pour le bébé, il lui permettra de sauvegarder ses besoins fondamentaux comme de se laver, de manger au calme, de se reposer, de prendre entièrement soin d'elle. De plus il commencera ainsi à tisser du lien avec son enfant. En étant du côté de la mère et de ses choix de maternage comme l'allaitement ou le cododo, il deviendra le gardien de la dyade, le rempare entre la maman et le monde et lui permettra de se sentir comprise, soutenue, en confiance, valorisée ce qui est absolument primordial dans les premiers mois (et ensuite !) de l'émergence d'une jeune mère. De plus cela renforcera le sentiment paternel d'être utile et complètement nécessaire.

> La doula quant à elle est comme toujours l'oreille attentive et bienveillante du couple, son apport en information sur le maternage, ses propositions d’aménagements de l'espace, du temps, son phare dans la tempête, celle que vous pouvez appeler à 23h parce que vous ne savez pas si il faut donner cette énième tétée du soir, plutôt que de rester avec vos doutes et vos interrogations. Mais elle a également un rôle très pratique durant la période postnatale. L'aide à la maison, la sauvegarde de vos besoins, la préparation de repas, les gestes à effectuer avec bébé, grâce à elle vous pouvez vous concentrer sereinement sur votre maternage tout en vous autorisant un bain relaxant avec votre bébé ou un allaitement confortablement installée pendant que vous échangez avec votre doula qui pliera le linge de la semaine en vous écoutant. Merveilleux non ? En tout cas, j'en aurais rêvé ! Elle est également la partenaire émotionnelle et de tâche de votre conjoint(e) et peut se rendre à la disposition de vos aînés et même du reste de votre famille.

> La CAF met en place une aide appelée "aide au domicile des familles" qui selon votre quotien familial vous offrira un remboursement total ou partiel d'une aide à domicile pour votre ménage ou vos tâches quotidiennes en cas de naissance.

La période postnatale se transforme petit à petit en vie quotidienne

> Les semaines vont passer et votre confiance en vous va s'accroître. Bientôt vous prendrez vos marques avec le bébé et ce qui vous semblait être difficile ou inconnu quelques semaines plus tôt se révèle être finalement une seconde nature. Le corps reprendra ses droits après l'accouchement, vous regagnerez des forces, votre bébé alternera de plus en plus les phases de sommeil, de nourriture et les phases de communication ou il vous régalera de son sourire et de ses babillements. Votre doula pourra toujours vous accompagner de près ou de loin pour vivre les dernières étapes clés du postnatale : la reprise éventuelle du travail voir les premiers pas dans la diversification. A partir de 3/4 mois le nourrisson se transforme en bébé et la période postnatale commence à s'achever. > Néanmoins il arrive pour certains parents que des doutes subsistes voir que les difficultés continuent, que le bonheur semble obstrué par de noirs nuages. En cas de dépression post-partum une redirection vers un professionnel de santé sera nécessaire. Mais pour la grande majorité des parents, notamment si ils ont été assez renseignés, accompagnés et que leurs besoins fondamentaux ont été sauvegardé durant les premières semaines de vie du bébé, l'immense aventure de la parentalité se poursuivra en confiance avec toutes les bases pour vivre dans l'harmonie cette nouvelle vie tous ensembles.


Et pour vous, la période postnatale ressemblait elle à ce que vous aviez imaginé ? De quoi auriez vous eu besoin ? On en discute sur Facebook et Instagram ! *** Hélène Rock, accompagnement du postnatal, de la grossesse, de la naissance, du féminin, accompagnement des parcours PMA et du deuil périnatal (IVG, IMG, mort in-utero...) dans le Haut Vaucluse (84), Comté Venaissin (84), Sud Drôme (26), Est Gard (30) et Ouest Bouches du Rhône (13) https://www.unefemmesouslalune.fr/

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now