© 2020 Tous droits réservés à Hélène Rock

Ces 8 œuvres qui parlent justement de la maternité et de la difficulté maternelle

Vous n'avez pas pu passer à côté des œuvres de fiction ou documentaires qui vous montrent une image complètement erronée de la maternité, de l'accouchement, de la vie de parent et qui ne sont d'aucune utilité au moment de franchir le grand pas. Je pense notamment à une immense majorité des films américains traitant sur sujet, souvent condensés sexistes et irréalistes du maternage distal, produit uniquement pour amuser le public autour du "désastreux choix d'être mère". L'accouchement dans la fiction est encore plus décourageant et il arrive que certaines femmes n'aient aucune autre vision de la mise au monde que celle vue dans les séries ou les films, de femmes poussant avec un drap jusqu'aux genoux, courant vers les urgences dès la perte des eaux, ignorant la phase de travail et face à des obstétriciens plus ou moins consciencieux. Cette image biaisée va jusqu'à faire accoucher des femmes en position gynécologique à des époques ou celle ci n'était même pas envisageable dans l'imaginaire collectif.

Néanmoins d'autres œuvres sont plutôt fidèles, évoquent le sujet avec délicatesse et proposent un panel d'angles différents pour aborder les sujets de la maternité dans leur globalité. Devenir mère, adopter, perdre un enfant, protéger sa progéniture en pleine guerre, lutter contre les apparences sont autant d'angles qui peuvent être abordés avec rigueur pour éveiller les consciences aux véritables facettes de la maternité. Il existe de très nombreuses fictions autour du fait de devenir mère, de très nombreux reportages également mais j'ai pris la liberté de vous proposer des contenus que j'ai moi même lu ou vu, à une exception près, afin de vous donner un point de vue réaliste.

Un heureux événement - film de Rémi Bezançon avec Louise Bourgoin, Pio Marmai




"Un heureux événement" est à l'origine un ouvrage écrit par Eliette Abecassis. Adapté en film par un réalisateur que j'affectionne beaucoup car il a créé pour moi un de mes films préféré, référence sur la vie de famille ("Le premier jour du reste de ta vie"), cette oeuvre vous plonge en plein fouet dans la maternité avec violence et amour. Tout commence par un coup de foudre, un couple ordinaire et attachant puis un bébé. Sans tabou le film nous montre une grossesse pas toute rose, les interrogations de la future mère et le décalage avec les attentes du futur père, le couple qui s'étiole, se retrouve, vit au travers des bouleversements d'une future maternité loin des contes de fée modernes. Mais quand la jeune maman accouche et que son maternage vire au cauchemar et son couple à la catastrophe à force d'injonctions de société et de conseils mal venus de la part de son cercle familial (Josiane Balasko merveilleuse en mère toxique), elle va asseoir avec beaucoup de force ses convictions, clarifier ses positions et de lancer dans un maternage proximal qui va les sauver tous les deux du naufrage. Ce n'est pas nécessairement un film que je recommande aux femmes enceinte car il peut être assez dur, s'attarde sur les difficultés de communication au sein d'un couple de futurs parents et sur les conséquences qui en découlent en terme de vie sexuelle, sociale et émotionnelles et peu effrayer les couples qui s'apprêtent à plonger dans la maternité. Mais l'histoire se fini bien et pour moi c'est une très belle façon d'illustrer la résilience des mères, la reprise de pouvoir sur sa maternité et ses choix et surtout, c'est un film particulièrement réaliste sur la difficulté d'être parent, sans en faire trop, sans clichés, sans chercher à amuser le spectateur, et ça, c'est assez rare pour être applaudi.


Pupille - Film de Jeanne Herry avec Sandrine Kiberlain, Gilles Lellouche, Élodie Bouchez





Pupille est un film sorti en 2018 et ayant obtenu le césar du meilleur acteur pour Gilles Lellouche. Cet excellent film retrace avec beaucoup de subtilité et un angle très complet le sujet de l'adoption. Il suit le parcours de naissance du petit Théo, abandonné sous X jusqu'à son adoption à 3 mois par une femme en attente d'un enfant depuis une dizaine d'années. Presque tous les métiers affiliés à l'adoptions sont passés au crible, des aides sociales à l'enfance à l'assistante sociale en passant par la maternité et toujours portés par des acteurs très crédibles et touchants. La vie de la future mère, ses émotions et ses luttes émotionnelles et administratives est également abordée avec sensibilité en parallèle de ces services, tout comme le moment très rarement montré au cinéma de l'accouchement sous X. Tout parent, adoptant ou non pourra se reconnaître dans ce film et vibrer face à ce combat pour la parentalité.


La mariée de Ceylan - Dinah Jefferies



J'ai lu ce merveilleux livre il a deux mois et je ne m'attendais pas à y trouver une telle ode à la maternité. Gwen, jeune anglaise part rejoindre son mari directeur d'une plantation de thé à Ceylan, colonie britannique au XIXe siècle. Lorsqu'elle tombe enceinte quelques mois plus tard et que l'enfant naît avec la peau brune, la jeune femme décide de le confier pour protéger son mariage. Quelques années plus tard, rongée par la culpabilité, elle va devoir lutter entre sa conscience et le pouvoir des apparences pour réinvestir sa maternité et retrouver la petite fille qu'elle a abandonné. Ce roman historique est très intéressant car il cible particulièrement bien les pressions dont les femmes étaient les victimes du fait de leurs mariages, du poids de leurs conditions et des balbutiements de la science en terme de génétique et de procréation. Le tout dans les décors magiques et cruels des colonies britanniques indiennes, écrit avec finesse et beaucoup d'émotion.

Super mamans - Série originale Netflix





Je n'ai pas encore eu le temps de regarder cette série mais on m'en a dit beaucoup de bien. Au travers du prisme d'une mère débordée rejoignant un groupe de parole, la série met l'accent sur le postnatal et la difficulté du rôle de mère face aux apparences et aux diktats de la société face à la fameuse fable de la maternité épanouie et heureuse. Peu caricaturale et visiblement assez réaliste, la série s'attarde sur l'envers du décor que ce soit en matière de couple, de périnatalité ou de relations avec les autres lorsque plane sur les relations sociales le spectre de la jeune maman fatiguée.


Et je choisis de vivre, documentaire de Damien Boyer, Nans Thomassey




Il ne s'agit pas ici d'une oeuvre de fiction mais d'un documentaire que j'ai vu récemment au cinéma. Il traite du douloureux sujet de la perte d'un enfant et de la magnifique force de la résilience d'Amande qui va marcher durant des jours au cœur de la Drôme afin d'entamer puissamment son chemin de deuil. Au fil des rencontres organisées par le réalisateur, Amande va côtoyer différentes femmes et hommes ayant comme elle fait l’atroce expérience de la perte d'un enfant. Entre paroles fortes, propositions magiques et rituels de sororité, Amande va ressortir de ce voyage initiatique bouleversée et remplie d'amour. Je suis personnellement très touchée par le sujet de la résilience auquel j'ai moi même consacré un ouvrage en 2017 et toujours fascinée de voir à quel point la mère qui vit en chaque femme ayant touché de près ou de loin de lien avec un enfant peut être une battante et à quel point ce lien peut transformer durablement notre rapport au monde. Pour ne rien gâcher, le film est ponctué de magnifiques images de ce département, la Drôme, tout proche voisin du mien qui pousse un cri au creux du cœur de ceux qui s'y perdent, pour mieux renaître.


1, rue des petits pas de Nathalie Hug





"1, rue des petits pas" est un livre que je recommande très fréquemment car il m'a profondément marqué dans mes convictions sur la force maternelle bien que "les mères" ne soient pas nécessairement le centre de l'ouvrage qui inclue la maternité dans la grande saga de la vie des femmes en général. L'histoire se déroule le premier hiver de l’armistice 1918 dans un village isolé et ravagé par la guerre. Louise est une adolescente sans repères est recueillie après un viol par une sage femme et son assistante qui lui apprennent tout de leur métier et qui passent leurs journées à traiter tous les maux des femmes du village dénigrées par les médecins. Dans ce roman bouleversants ou la vie reprends peu à peu son cours, la maternité côtoie la mort et la force féminine qu'elle soit celle de Louise, de ses patientes ou celle des matrones donnant leur vie pour conserver la dignité des femmes est impressionnante de réalisme et de résilience.


Enchantement - documentaire d'Ariane de Rafael


Enchantement est un film documentaire sur la grossesse et la naissance décrit comme il suit sur Ulule, plateforme de financement participatif ayant servi à financer et donner naissance à l'oeuvre : "Le film documentaire ENCHANTEMENT nous invite à plonger au cœur de l’expérience transformatrice de la maternité. On y découvre un accouchement physiologique, en maison de naissance, filmé et partagé de bout en bout, et entrecoupé d’images de la grossesse et de moments partagés avec l’enfant quelques semaines après la naissance. En donnant ainsi à voir la maternité comme un continuum, ENCHANTEMENT aborde différents thèmes : la puissance intérieure, la connexion aux éléments, l'entraide entre femmes, l'alliance avec le masculin, la douleur et la transcendance, la magie de la vie".

Filmé au plus près de la réalité, empli d'images fortes et magnifiquement filmé, le documentaire propose une vision complètement différente sur l'art d'accoucher et pose un regard de proximité, de puissance et d'amour très peu abordé dans le documentaire sur la maternité en général. Ce film est à mon avis un indispensable car il permet aux femmes de se projeter dans une autre dimension, d'imaginer un autre type de naissance et de voir le réalisme de la naissance physiologique tel qu'il n'est jamais montré dans la fiction. (Le film est à voir sur vimeo et coûte 10€, je le prête aux mamans que j'accompagne : https://vimeo.com/ondemand/enchantement )


Juno - Film de Jason Reitman avec Ellen Page, Michael Cera,

Jennifer Garner...





"Juno" est un film (oscar du meilleur scénario original) qui commence à dater un peu (2007) mais que j'apprécie beaucoup car il est loin de la comédie maternelle classique à laquelle on pourrait s'attendre en lisant le pitch de cette jeune ado qui se retrouve enceinte suite à un accident et qui décide de confier son enfant à l'adoption. Aux USA, faire le choix de parents adoptifs pendant la grossesse est une possibilité et cet angle est au contraire abordé avec beaucoup de justesse et loin des clichés habituels sur les adolescents. Au contraire, les protagonistes malgré leur jeune âge ont une réelle envie de bien faire, les parents sont soutenant et le couple adoptant est soumis à de nombreux questionnements très justes autour de la maternité et du désir inassouvi d'enfant. Le personnage de Juno est très attachant, libre, déjà mère, malgré son désir de confier l'enfant, par la maturité de ses choix et ses prises de position. Le film pose également des questions autour de l'avortement qui a d'ailleurs créé quelques polémiques aux USA mais qui paraissent bien lointaines ici en France ou l'IVG reste - pour l'instant - un droit non remis en question. La grossesse adolescente est un sujet qui passionne (et auquel je consacrerai bientôt un article d'ailleurs) mais qui est trop souvent sujet à jugement et à priori de la part de la société qui voit fréquemment les jeunes comme irresponsables et m'en foutiste. Ce film à mis un coup de pied dans de nombreuses fourmilières et je lui en suis très reconnaissante.


l y a un livre dont je voulais parler mais que je n'ai pas abordé en focus volontairement, il s'agit de "Chanson Douce" de Leïla Slimani, prix Goncourt 2016 qui aborde le sujet de la garde d'enfant qui tourne au drame. Pourquoi évoquer ce livre ? Non seulement parce que c'est un chef d'oeuvre littéraire d'une part, mais également parce que les liens toxiques qui unissent la mère et la nounou m'ont appris beaucoup de chose sur la confiance et ma responsabilité en tant que parent sur les personnes qui entourent mes enfants et mes démissions pour cause de "travail" qui parfois peuvent faire déléguer un rôle qui n'est pas le leur à des personnes pouvant avoir des implications profondes dans la vie des enfants (bon dans le roman, la nounou tue les deux enfants, je vous le dis parce que c'est évoqué dès la première page de l'ouvrage, et évidemment le but n'est pas d'avoir peur de toute personne qui garde les enfants, mais de nourrir une réflexion sur l'absence et l'éducation).


Je vais m'arrêter là pour aujourd'hui même si le thème pourrait être nourri encore de très nombreuses œuvres très efficaces sur la maternité. D'ailleurs n'hésitez pas à donner d'autres références en commentaires ou sur les réseaux sociaux (instagram / facebook) ! I


Si cet article vous a plu n'hésitez pas à le partager !

*** Hélène Rock, doula accompagnatrice à la grossesse, à la naissance, au postnatal, soutien à l'allaitement maternel, accompagnement des parcours PMA et du deuil périnatal dans le Haut Vaucluse, Vaucluse, Sud Drôme, Est Gard et Nord Bouches du Rhône : https://unefemmesouslalune.fr ***

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now