Allaiter pour une planète plus saine ?

Cette année le thème de la semaine mondiale de l'allaitement maternel était "allaiter pour une planète pour saine" malgré mon retard il me tient vraiment à coeur d'y déposer quelques mots.

Cela fait quelques temps que j'ose me revendiquer ouvertement écoféministe. Derrière ce terme se cache des années de travail et de convictions. La conviction que la Terre est mise à mal comme les femmes le sont, que les femmes sont en charge d'une immense partie de la charge mentale écologique du XXIe siècle, que les luttes féministes et écologiques sont reliées et corrélées par de nombreux facteurs qui imputent tous ou presque au patriarcat son pouvoir destructeur quand il ne s'agit pas de son inaction. Allaiter pour une planète plus saine ne serait pas un lien direct à l'écoféminisme, un thème qui devrait me ravir ?

La terre a définitivement besoin de l'allaitement maternel. La nourriture industrielle pour nourrisson produit une immense quantité de déchets, continue l'exploitation animale, fait tourner les usines à plein régime. Le dire, le poser, en faire ce que l'on veut.


Personne n'est plus convaincue que moi de l'urgence sur tous ces niveaux. Et pourtant. Si le message passé pourrait avoir comme conséquence qu'une seule femme se forcerait à allaiter par culpabilité pour la planète, qu'une seule femme mettrait ses seins au service du monde par sacrifice écologique, je ne pourrais plus être d'accord avec le thème de cette année. En tant qu'écologiste j'ai perdu la notion de frustration derrière une débâcle d'efforts mais jamais ces efforts ne nécessitent d'y sacrifier le consentement de mon corps.


Le thème de l'allaitement, de l'accompagnement de l'allaitement - d'une grande faiblesse dans notre pays - le thème du postpartum immédiat sont délicats, porteurs de nombreux sentiments d'échecs. Annoncer des listes de statistiques même en y ajoutant une phrase sur l'inclusion des mères biberonnantes peut contribuer largement à l'expansion ces sentiments. Il est indispensable à mon sens d'user lors de ces constats de toute la délicatesse possible. Allaiter est un acte fort, militant, qui ne peut se réaliser, comme tout acte lorsque le corps de la femme est en jeu, qu'avec un consentement qui n'est ni altéré, ni biaisé par des biais.

Allaiter est bon pour la planète. Mais pour une jeune mère fatiguée cela ne devrait à mon sens jamais être un moteur exclusif à l'allaitement et surtout pas, une raison de plus de s'en vouloir. Commencer par accompagner le choix éclairé grâce à des informations prenant en compte l'état émotionnel de la mère et mettre en place des mesures durables en ce sens devrait être notre priorité.

Si l'allaitement ne fait pas parti de ces choix, il existe pour les femmes et les hommes que nous sommes milles autres actions de protection environnementale dont l'une des plus fortes demeure l'éducation à l'écoharmonie de nos enfants quand et si, le contexte intrafamilial nous le permet.




Posts récents

Voir tout

© 2020 Tous droits réservés à Hélène Rock

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now